Introduction

Les propositions exposées dans ce texte ne constituent pas l’intégralité du programme de « Mons en Mieux ». A dessein nous n‘avons pas choisi d’exposer ici les aspects plus techniques notamment budgétaires des politiques proposées, préférant mettre en exergue un certain nombre de questions qui concernent la vie quotidienne des habitants de notre ville. Le programme complet ne comportera pas de telles restrictions bien entendu et il évoquera aussi la fiscalité communale. Qu’il suffise ici d’indiquer qu’il n’entre pas dans nos intentions d’augmenter les impôts communaux (ce qui ne sera, au demeurant, pas indispensable, si l’on se détourne des politiques de prestige qui ont prévalu jusqu’ici, nos efforts étant consacrés à l’amélioration de la qualité de vie de nos concitoyens).

L’examen des différentes propositions fait apparaître que « tout est dans tout ». A titre d’exemple, les décisions prises en matière de mobilité visent à améliorer le quotidien des montois en réduisant les engorgements aux entrées de la ville mais favoriser le retour du vélo comporte des bénéfices en termes d’environnement et de santé et augmenter le nombre de parkings favorisera le commerce de centre-ville. De même la sécurité a des liens étroits avec l’attractivité commerciale ou touristique. On touche ainsi du doigt le fait qu’il faut concevoir la politique communale comme un tout cohérent, de sorte que si « Mons en Mieux » est associé au pouvoir, notre mouvement politique fera entendre sa différence sur l’ensemble des politiques. Il ne sera jamais question pour « Mons en Mieux » de se contenter, comme l’ont fait certains partis dans le passé, d’une compétence limitée. Si une coalition est nécessaire, chacun des partenaires doit avoir droit au chapitre pour l’intégralité des politiques communales.

On ne peut plus accepter de cloisonner la vie des citoyens en fonction des compétences légales attribuées à l’état fédéral, à la Région, aux provinces et à la commune. Le niveau de base qu’est le niveau communal est le plus important de tous. C’est là que doivent se fédérer tous les efforts permettant d’améliorer la vie des citoyens. La ville arrêtera les politiques nécessaires dans les domaines qui sont de sa compétence mais ira bien au-delà en nouant obstinément le dialogue avec les autres niveaux de pouvoir d’une part et avec les citoyens au travers des commissions consultatives qui auront un rôle essentiel à jouer d’autre part. La vision du politique doit être globale et non limitée à des compétences et à un territoire et cela implique une capacité de négociation et de dialogue.

Nous voulons être jugés sur l’efficacité de nos actions. Nous ferons établir en début de législature un inventaire exhaustif de tous les paramètres pertinents (nombre de chômeurs, indices de santé, installations sportives, entrées dans les théâtres et musées, kilomètres de pistes cyclables, espaces verts etc…) pour pouvoir juger en fin de législature des résultats obtenus de manière objective, au-delà des discours de propagande.

Sécurité

1) Plan global caméras de surveillance permettant la lutte contre les infractions dont les divers trafics, la délinquance/la criminalité, le harcèlement de rue et surtout permettra une plus grande efficacité dans la lutte contre les dépôts sauvages

Ce plan global visera à lutter contre plusieurs types d’infractions, et de plusieurs façons :
  • Contre la haute délinquance : sur tous les centres urbains pour aider les patrouilles de police à être plus efficaces, en étant directement dirigées vers les lieux criminogènes.
  • En identifiant plus facilement les auteurs
  • Lutte contre le harcèlement de rue : le problème de l’application de la loi sur le harcèlement de rue est bien souvent la charge de la preuve. Les caméras permettront d’étayer les plaintes pour ces faits.
  • Via des caméras intelligentes placées sur les axes principaux du trafic, il sera plus simple de verbaliser les comportements dangereux sur la route.
  • En matière de lutte contre les dépôts sauvages, les caméras permettront de lutter contre la quasiimpunité actuelle.
En parallèle, MeM souhaitera doubler le montant des sanctions sur les incivilités. Une Ville propre et safe est un droit pour les Montoises et les Montois.


2) Création de PLP (Plans locaux de prévention avec les citoyens) et embauche de personnel administratif pour décharger les policiers des tâches type « retaper notes manuscrites »

À l’instar d’autres grandes villes belges, MeM veut une augmentation de l’embauche des agents administratifs à la Police afin de décharger les policiers des tâches administratives, pour qu’ils puissent se concentrer sur les tâches liées à la protection de la population. Une augmentation du cadre de policiers sera également envisagée afin de permettre une présence accrue sur le terrain.


3) Lutte accrue contre le trafic de drogue et cannabis social club : concentration sur les zones à problème : places de Jemappes, Cuesmes, Havré, quartier de la gare…

Le trafic de drogue est un fléau, en amont, en aval et en termes de sécurité sur la voirie. Il faut une lutte sous plusieurs angles et de grande ampleur : sécurisation des points critiques (places de Jemappes et Havré, quartier de la gare…)

En parallèle à la répression, MeM veut proposer un Cannabis Social club qui aura une fonction d’accompagnement et de prévention des risques et des effets sur la santé.


4) Donner plus de prérogatives aux gardiens de la paix afin de leur permettre de sanctionner les incivilités en faisant appliquer la loi. Il faut également mieux les valoriser.

La Loi attribue aux gardiens de la paix de nombreuses missions notamment la sensibilisation du public à la sécurité et la prévention de la criminalité ; l’information des citoyens et des automobilistes, la surveillance de personnes lors d’événements mais aussi la constatation d’infractions aux règlements communaux. Pour leur permettre d’exercer au mieux ces prérogatives, les gardiens de la paix seront formés et valorisés dans ces missions.



Emploi, économie et développement de la ville

5) Création de zones franches : relance économique et création d’emplois par des charges et taxes plus légères pour les entreprises

Particulièrement auprès des communes en grande difficulté où le taux de chômage est plus important, telles que Jemappes, Cuesmes et Flénu, il est important de favoriser la création d’emploi. MeM permettra la création de zones franches : des zones où les entreprises pourront s’installer pour développer de l’activité économique ou commerciale en bénéficiant de réductions ou d’abolition des charges et des taxes qui seront prises en charge par la Ville de Mons.

L’exemple de zone franche à Valenciennes est encourageant et est la preuve que cela fonctionne, même dans des situations socioéconomiquement difficiles initialement.


6) La Ville de Mons comme partenaire et acteur majeur du Salon de l’emploi : catalyseur et porte-voix !

À l’heure actuelle, la Ville n’est plus le pilier et le catalyseur du Salon de l’Emploi. Nous regrettons cette situation. La Ville se positionnera comme acteur central entre les entreprises présentes sur le territoire, les entreprises qui embauchent sans être présentes sur le territoire de Mons, les établissements d’enseignement supérieur (Hautes Écoles et Universités), l’ALE et les centres de formation. La Ville doit penser dès les études à la mise sur le marché de l’emploi de ses étudiants, et cela doit s’organiser en parfaite dynamique avec tous les acteurs.


7) Redynamisation du centre-ville par des logements dans le piétonnier : ramener des habitants au plus près des commerces, pour créer des commerces de proximité, une vraie cohésion et diversité sociale dans le Centre-Ville par des logements de qualité !

Le piétonnier se meurt car la zone de chalandise (zone géographique d'influence, d'où provient la majorité de la clientèle) s’est considérablement réduite depuis la fin des années 90. Avant ces années, la chalandise était de 50 à 100km autour du piétonnier. Elle est à l’heure actuelle de moins de 10km. Il faut donc augmenter la population présente dans la zone de chalandise en ramenant des habitants dans le Centre-Ville et tout particulièrement au sein du piétonnier. Pas forcément au-dessus des commerces car pour une partie des commerces ce n’est architecturalement pas possible, mais à la place de certains commerces, qui pourraient être aménagés en logements de qualité.

La présence des habitants permettra aussi de recréer du commerce de proximité en Centre-Ville.

Dans la même veine, MeM veut le respect du plan de développement de la ville de 1998 qui prévoyait de concentrer le commerce de masse aux Grands Prés et que le commerce de niche et de qualité soit en Centre-Ville. MeM veut que cela soit respecté.


8) Déplacer les marchés du matin qui ne fonctionnent plus en fin de journée pour permettre aux travailleurs de bénéficier des marchés et aux cafetiers sur les parcours de sortir les terrasses, surtout en période estivale

Constatant que la population fréquentant certains marchés diminue de semaine en semaine, il faut repenser les marchés et leur donner une autre dimension : certains marchés seront déplacés en fin de journée en semaine pour permettre aux travailleurs de fréquenter les marchés après le travail, et coupler cela à une attractivité HOReCa, surtout en période estivale, qui pourraient installer des terrasses sur les parcours de marché pour permettre aux travailleurs de prendre un verre après le travail.


9) Délocalisation de services communaux pour relancer les 18 autres communes !

Délocaliser certains gros services dans d’autres communes de Mons serait une amélioration sur plusieurs aspects :
  • Désengorgement du Centre-Ville (plus agréable pour les travailleurs et pour la mobilité en ville)
  • Faire revivre des centres de communes qui sont à l’heure actuelle complètement délaissés. Ramener plusieurs centaines de travailleurs dans une commune, relancera très rapidement la présence d’une librairie, une sandwicherie/restaurant….
Exemples : Finances à Jemappes, Sport à Flénu, Urbanisme à Havré, … (ex-maisons communales)


10) Favoriser les articles 61 (1) (déjà plus de budget à cette date).

A la différence des « Article 60 » bien connus, les articles 61 sont des travailleurs qui sont mis à disposition d’employeurs privés. A l’heure actuelle, il y a trop d’emplois publics subsidiés, ce qui crée un déséquilibre économique majeur. Cette mesure soutiendra l’économie de nos entreprises et permettra à des Montois et Montoises de se former en entreprise. Pour cela, nous ferons basculer une partie du budget des article 60 vers les articles 61. (1) Lors d'une mise au travail en application de l'article 61, le CPAS coopère avec un employeur tiers privé) afin de remplir sa mission de mise au travail. Dans le cas particulier où le CPAS collabore pour la mise au travail de ses bénéficiaires avec un employeur privé, le CPAS perçoit un subside de l'Etat fédéral pour l'encadrement et la formation éventuelle de la personne mise au travail.

11) Mise en oeuvre d’un projet de création d’un club de foot d’élite afin d’atteindre la Pro League.

Le sport est un vecteur fédérateur essentiel pour une population et pour la valorisation de la Ville auprès d’autres régions et d’autres investisseurs. Le club de foot d’une ville est bien souvent son meilleur ambassadeur. MeM veut atteindre la D1 en regroupant l’ensemble des investisseurs, du monde associatif, sportif, tous les acteurs de la région et les clubs déjà existants pour monter un projet le plus ambitieux possible : nous voulons concentrer tous les moyens financiers et toutes les ressources sportives et associatives disponibles pour que Mons revienne en D1. Les juniors, les entreprises, les clubs attenants dans d’autres divisions…et les habitants pourront bénéficier d’un retour à un tel niveau.



Enseignement

12) Alimentation saine dans les écoles

MeM veut faire de la bonne alimentation un réflexe dans les écoles : nous commencerons par désigner un diététicien pour valider tous les repas des écoles de l’enseignement communal, désigné par marché public. Nous supprimerons les frites, les boissons et aliments trop sucrés qui seront remplacés par des produits sains, bio et de circuits courts.


13) L’enseignement supérieur comme moteur

Mons en Mieux veut positionner Mons comme Ville étudiante de premier plan. Les étudiants sont le poumon montois de demain. La Ville a besoin de jeunes diplômés dans l’optique d’atteindre les 100 000 habitants, dans l’optique de relancer le centre-ville avec une population de la classe moyenne diplômée des hautes écoles et universités montoises.

Pour cela, MeM veut créer un lien proactif plus fort entre les établissements d’enseignement supérieur et la Ville par une compétence échevinale aux affaires étudiantes (pas un échevin supplémentaire !) dont les missions seraient de rendre la Ville de Mons plus accueillante et attractive pour les étudiants, les conditions d’études optimales, la vie étudiante dynamique et responsable et de soutenir les initiatives socio-professionnelles des étudiants par des aides logistiques et financières via une cellule d’innovations étudiantes.

L’Echevin aux affaires étudiantes aurait aussi pour responsabilité de travailler en collaboration avec le président du CPAS pour mener les politiques publiques les plus proactives possible en vue de l’accompagnement, le soutien de l’octroi d’aides aux étudiants en difficulté durant leurs études.

A l’instar de la Ville de Bruxelles, Mons accueille sur son territoire des hautes écoles de tailles très différentes, ainsi que des universités et des établissements de promotion sociale qui mènent des politiques d’encadrement des étudiants du supérieur très variables, dans la limite de leurs moyens. Afin d’oeuvrer à l’égalité des chances pour tous, MeM mettra à disposition des locaux où les étudiants, dans un premier temps, de l’enseignement supérieur, pourront bloquer collectivement dans de bonnes conditions, dans le Centre-Ville. Dans la mesure du possible, MeM voudrait pouvoir étendre aux étudiants du secondaire demandeurs.

Enfin, MeM veut (finalement !) construire une salle étudiante. Nous proposons de repartir d’une page blanche : nouveau terrain, construction neuve aux normes, co-financée par les EES, la Ville et la Communauté Française. Offrir un cadre de soirée sécurisé, assez isolé par rapport aux riverains mais suffisamment proche pour que les étudiantes et étudiants puissent rejoindre le centre-ville à pied. Comme entrepris à Namur dans le cadre du chantier des casernes, cette nouvelle construction veillera à la sécurité accrue des étudiantes.

MeM veut également que la Ville sollicite plus souvent l’expertise de nos universités dans le fonctionnement de la Ville. Nos Universités ont des compétences poussées et sous-exploitées qu’on se doit de valoriser et de solliciter : développement économique, tournant d’une ville digitale, nouvelles méthodes d’organisation de l’espace en aménagement du territoire, … Les étudiants sont pour Mons en Mieux une préoccupation essentielle et toute notre réflexion vise à améliorer leur cadre de vie et d’études pour leur donner envie de rester à Mons une fois les études terminées.



Santé

14) La santé doit être pilotée par le Président du CPAS avec une politique pro active de lutte contre l’obésité, l’abus d’alcool et la consommation de tabac. (en lien avec canabis social club)

Les indicateurs de santé ne sont pas bons dans notre région, il est donc important de se pencher sur l’amélioration de la santé des Montois et Montoises.

Il y a lieu dans un premier temps de se pencher sur les problématiques de l’obésité, l’abus d’alcool et la consommation de tabac génératrices de problèmes de santé importants.

Le CPAS peut accompagner les personnes concernées par ces problèmes de façon structurée et continue. Des campagnes, d’information, prévention et sensibilisation doivent être mises sur pied par la structure médicale que représente Ambroise Paré, associée aux nombreuses écoles



Gouvernance

15) Fin du copinage : tous les emplois disponibles à la Ville seront ouverts à tous, disponibles sur le site internet et la publicité sera proportionnelle à l’échelle barémique

Le soupçon de passe-droits discrédite toute l’administration et la politique montoise. Nous y mettrons fin. Tous les emplois ouverts/disponibles à la Ville feront l’objet de publication et d’appel à candidature en externe et en interne. Chaque Montois doit pouvoir passer des examens objectifs pour chaque emploi à la Ville. Nous réinstaurerons une réelle égalité des chances face à l’emploi public au sein de la Ville de Mons.


16) Plus aucun cumul pour les membres du Collège : ni fonction privée (même profession libérale) ni fonction publique, ni même la présidence d’un C.A. (type IDEA.)

MeM défend une autre façon de faire de la politique et refusera le cumul.
Si G.L. Bouchez est élu Bourgmestre, il démissionnera de tous ses mandats et se fera désinscrire du Barreau.
Les potentiels échevins devront l’être à temps plein. Ils devront accepter de démissionner de leurs mandats, emplois, publics ou privés.


17) Création de commissions communales consultatives et Conseils de quartier

Chaque échevin aura une commission consultative communale créée en lien avec ses fonctions de façon à soumettre à cette commission consultative son plan d’action dès le début de la mandature. Les commissions consultatives communales seront composées de citoyens volontaires. MeM veut proposer un nouveau fonctionnement plus horizontal et de codécision dès le début de la mandature. Par après, la consultation de la commission consultative communale se fera au minimum une fois par trimestre.

Afin de permettre aux citoyens de participer activement à la résolution de problèmes de sécurité, des Conseils de quartier seront mis sur pied. Ils seront une des composantes d'une plate-forme sécurité reprenant les représentants de la ville et du CPAS, la police et notamment l'agent de quartier, des représentants des pompiers, écoles et universités, entreprises privées et publiques et associations présentes sur le territoire, les responsables des transports en commun. Cette plate-forme fera des constats en termes de sécurité, discutera des solutions à apporter et d’une politique de sécurité et vérifiera sa mise en oeuvre, elle reviendra se justifier régulièrement sur l'évolution de la situation devant les citoyens... les conseils de quartier seront chargés également du volet préventif et feront remonter les informations et desiderata des citoyens. Ces conseils auront d'autres missions que la sécurité, ils permettront d'augmenter les liens sociaux et la solidarité et de faire participer le citoyen à la vie de sa commune



Service au public

18) Création de maison des services au citoyen

MeM veut mettre à disposition des citoyens des « Maisons des services » dans des locaux qui appartiennent déjà à la Ville et dans lesquelles on louerait un mistercash, on y installerait un point poste et poste médical de proximité (prises de sang) et des permanences du service état civil/population. Cela permettra de recréer du lien, d’offrir aux personnes précarisées et qui ont des difficultés de mobilité d’avoir accès près de chez eux aux services de base.


19) Équipe d’intervention pour les petits travaux urgents afin que l’espace public ne se dégrade pas au-delà

À l’heure actuelle, quand une petite dégradation de l’espace public est signalée, elle est classée par ordre d’arrivée et peut se retrouver derrière des travaux plus conséquents, moins chers, ou plus grave, alors que matériellement, cette réparation est rapide à effectuer et ne demande pas de logistique trop lourde (poteaux et panneaux abîmés ou arrachés, pavés décelés, bordures ou murets cassés, …). Cela ne fait pas particulièrement partie des réparations urgentes et importantes à réaliser mais cela donne l’aspect d’une voirie et d’un espace public non entretenu et vétuste, et cela pourrait entraîner également une dégradation plus importante de ceux-ci.

MeM voudra créer une unité autonome « volante » qui parcourra la ville pour réaliser les petits travaux d’amélioration de la voie publique.



Culture

20) Politique culturelle reposant sur les artistes locaux, passés et présents.

Notre Ville est belle, culturellement riche et est dotée d’un patrimoine exceptionnel. Dans les années « Mons 2015 », les plus beaux succès étaient ceux en lien avec le territoire et l’histoire de Mons. MeM veut orienter la politique culturelle en ce sens : nous voulons la fin de la politique culturelle de prestige pour revaloriser le patrimoine montois autour de l’identité culturelle montoise et la revalorisation d’artistes montois passés et présents.


21) La culture dans la rue !

MeM encouragera la présence de culture dans la rue :
  • Pratique et soutien des artistes de rue : MeM veut de la vie, de la musique et de l’art dans la rue !
  • Sortir la culture des musées vers la rue, vers les habitants : ville plus interactive dans la valorisation de son histoire, de son patrimoine, par exemple, faire vivre la Ducasse en réalité augmentée le reste de l’année…
La balade à Mons doit être un parcours de découverte du patrimoine et de l’histoire de Mons de façon interactive.



Mobilité

22) Piste cyclable sur l’ensemble du territoire et aménagements pour tous

Vraie politique globale : MeM veut la fin des pistes cyclables discontinues. MeM reliera les communes par des pistes cyclables continues. Il doit y avoir des pistes continues et qui relient les centres des communes les unes aux autres.

Nous organiserons également une consultation des associations cyclistes lors de l’élaboration du PCM.

Également, tout nouveau projet urbanistique devra être modifié afin de créer un espace public inclusif. (exemple : PMR, poussettes, lutte contre les angles morts, cycliste à usage multimodaux,…)


23) La création d’un tram depuis Valenciennes

La création d’une ligne de tram permettra aux deux régions de se rapprocher en irriguant la région de Mons d’habitants et de travailleurs qui sont à l’heure actuelle très mal connectés à Mons, pourtant équidistant de Lille.


24) Adaptation des horaires des écoles pour désengorger la Ville

C’est un non-sens que les écoles commencent toutes à la même heure : décalage pour désengorger les transports en commun et le flux entrant quel que soit le mode de déplacement. MeM propose de différer, en accord avec les directions d’écoles, l’heure de début des cours.


25) Parking de dissuasion pour les travailleurs montois avec navettes gratuites avec des cadences renforcées.

Les précédents parkings de délestage n’ont pas fonctionné parce que les navettes de délestage manquaient de cadence et les parcours étaient trop longs. MeM proposera une navette beaucoup plus directe, avec deux ou trois points d’arrêts en Ville jusqu’au parking de délestage.


26) Création de parkings de taille moyenne aux entrées des zones piétonnes et volonté d’extension de la zone piétonne.

Dans le centre-ville historique, il est nécessaire d’offrir des parkings de taille moyenne aux abords du piétonnier afin d’encourager les Montoises et les Montois à revenir en centre-ville avec plus de facilité. Egalement, dans une optique d’aménagement du territoire plus en phase avec les attentes de demain, nous voudrions étendre le piétonnier, notamment le week-end.



Logement

27) Favoriser la construction de logements unifamiliaux.

Pour augmenter l’attractivité de la ville, il faut offrir des logements de qualité. Par logement unifamiliaux, il ne faut pas nécessairement entendre villa 4 façades mais des logements de taille adaptée aux familles et de qualité même s’il s’agit de maisons dites de rangée. L’offre actuelle importante de kots ou appartements ne correspond pas aux attentes de famille à la recherche de maisons unifamiliales qui se tournent alors vers d’autres communes (ex : Jurbise). De plus, une offre immobilière diverse et variée s’adressant à des publics différents permettra une meilleure mixité sociale et une dynamique de développement de la Ville.


28) Location acquisitive du logement social et recours plus accru à l’AIS.

En collaboration avec Toit et Moi, MeM aimerait favoriser l’achat des logements sociaux par leurs locataires. La perspective de devenir propriétaire de son logement responsabilisera les occupants et les rendra plus soucieux de préserver le bien qu’ils louent et de l’embellir et est facteur d’émancipation sociale par le pari sur l’avenir. Deux conditions devront être remplies pour accéder à cette possibilité d’achat :
  • Toutes les mensualités de location devront avoir été honorées
  • Le bien doit avoir été entretenu et les relations de voisinage doivent êtres corrects
Plus globalement, MeM veut avoir recours de façon généralisée aux AIS plutôt qu’aux logements sociaux traditionnels.



Pour une ville où il fait bon vivre pour tous

29) « Mons safe city » pour une tolérance 0 à l’égard des violences faites aux femmes

Afin d’agir de façon transversale au sein du collège, un échevinat de l’égalité homme-femme (pas un échevin supplémentaire !) sera créé. Il aura spécifiquement en charge de mettre en place le plan « Safe City » en collaboration avec le bourgmestre, les agents de la Ville, le conseil de police et le parquet ainsi que le plan de lutte contre les violences faites aux femmes. MeM mettra en place un plan de lutte contre les violences faites aux femmes, qui visera à:
  • demander à la zone de police Mons-Quévy de former l'ensemble des agents à ces réalités et à la meilleure façon de les appréhender et d'accueillir les victimes.
  • sensibiliser l'ensemble des agents communaux en lien avec le public et du CPAS mais aussi des guichets d'accueil à la problématique afin qu'ils dirigent utilement une potentielle victime.
  • garantir un nombre suffisant de logements d'urgence pour les femmes ayant quitté le domicile conjugal mais également de garantir auprès des logements appartenant à la Ville, en partenariat avec Toit&Moi, des conditions d'accès facilitées pour un relogement durable une fois la phase d'urgence passée.
  • sensibiliser le public et informer les victimes des possibilités existantes et des lois en vigueur via le "Mons Mag" mais via aussi des campagnes d’informations régulières dans les bâtiments publics.
MeM évaluera à l’avenir tous les projets d’urbanismes sous l’angle de la lutte des droits des femmes, par exemple, en étant vigilants au manque de visibilité, d’éclairage et tous les facteurs qui insécurisent les femmes dans l’espace public.

MeM mènera une politique ferme et intransigeante de lutte contre le harcèlement de rue : « Mons Safe City »
  • Formation des policiers à recevoir des plaintes pour harcèlement de rue.
  • Screening/Enquête des quartiers/rues où le harcèlement de rue se produit le plus.
  • Présence accrue de policiers/agents de quartier/steward urbains dans ces quartiers
  • Surveillance vidéo de ces rues et quartiers.
  • Formation dans les écoles à l’assistance en rue dans des cas de situations de harcèlement de rue
  • Campagne vidéo sur les réseaux sociaux en vue d’encourager les passants à réagir.



30) Objectif : capitale européenne verte

Nous voulons nous donner comme objectif de devenir à moyen terme Ville Verte Européenne (et recevoir ainsi une prime venant de l’Europe). En effet, chaque année une ville européenne est désignée par la Commission européenne, capitale verte de l'Europe de l'année. Le prix est décerné chaque année à une ville qui montre sa capacité à atteindre des objectifs environnementaux élevés et s'engage dans des objectifs permanents et ambitieux pour améliorer l'environnement et le développement durable. Concrètement, les candidats sont évalués sur la base de douze indicateurs dont nous nous inspirerons pour notre projet environnemental pour la Ville de Mons et qui seront, pour la plupart, des objectifs à atteindre.
  • Production et gestion des déchets (ce point sera très largement développé durant le Congrès de Septembre)
  • Les espaces verts urbains
  • La nature et la biodiversité
  • Les transports
  • Le bruit
  • La qualité de l’air
  • La consommation d’eau
  • Le traitement des eaux usées
  • La contribution locale à la lutte contre le changement climatique
  • L’éco-innovation et l’emploi durable
  • La gestion de l’environnement par les pouvoirs locaux
  • La performance énergétique
Une fois ces objectifs atteints, la qualité de vie dans notre Ville s’en verra nettement améliorée. Le but est de travailler sur le cadre de vie et de rendre celui-ci le plus agréable et attractif possible afin d’inciter l’installation de nouveaux habitants, cela se fait non pas par une politique de prestige ou des effets de communication mais par l’amélioration du cadre de vie et du quotidien des Montois et Montoises.



A ces 30 propositions, il faut également ajouter les 3 qui ont été portées par les membres du congrès, à savoir:

31) La ré instauration du ramassage des encombrants en porte à porte.

32) L'apprentissage obligatoire du néerlandais dans toutes les écoles communales et d'inciter celles des autres réseaux à en faire de même.

33) L'ouverture du service population/état civil de la Ville un soir de la semaine jusqu'à 20h00 ainsi que le samedi matin afin d'offrir un service public de qualité et de faciliter la vie des travailleurs et des étudiants.